• diapo-01.jpg
  • diapo-03.jpg
  • diapo-04.jpg
  • diapo-05.jpg
  • tunnel.jpg
Actualités


24/09/2015

Un incendie s’est déclaré, mercredi 23 septembre dans l’après-midi, à la centrale nucléaire en démantèlement de Brennilis, dans le Finistère.

Quatre personnes ont été légèrement intoxiquées, d’après la préfecture. Le feu a été maîtrisé peu après 17 heures, et «aucun rejet radioactif n’a été mesuré», assure l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans un communiqué.

 
26/08/2015

Surexposition d’une opératrice d’une entreprise de radiographie industrielle à Colomiers (31)

Le 31 juillet 2015, une opératrice de l’agence de Colomiers de la société Apave Sudeurope a été accidentellement exposée au rayonnement émis par un générateur électrique de rayons X utilisé à des fins de radiographie industrielle dans la casemate de l’agence.

Le dosimètre passif de l’opératrice a mesuré une dose efficace de 82 millisieverts, supérieure à la limite annuelle réglementaire de dose efficace. Cette limite est de 20 millisieverts pour une personne susceptible d'être exposée aux rayonnements ionisants dans le cadre de son activité professionnelle. Comme l’exposition de l’opératrice n’a pas été homogène pour tout le corps, certaines parties du corps ont pu recevoir des doses plus élevées. L’ASN a missionné son expert technique, l’IRSN, pour effectuer une reconstitution plus fine des doses reçues.

L'ASN classe temporairement cet événement au niveau 2 de l'échelle des événements radiologiques INES, qui comprend 8 niveaux de 0 à 7. Ce classement pourra être réévalué à la hausse en fonction des conclusions de l’analyse en cours et des expertises associées.

Source : http://www.asn.fr/Informer/Actualites/Surexposition-d-une-operatrice-radiographie-industrielle

 
22/06/2015

Les irradiés d'Albion, victimes du nucléaire

(FranceTVinfo.fr)

Pendant près de trente ans, le plateau d'Albion a été la composante terrestre de la dissuasion nucléaire française. Jugé trop vulnérable, le site a été fermé en 1996.

Les anciens militaires ayant travaillé sur le plateau d'Albion sont persuadés d'avoir été exposés aux radiations. "C'était essentiellement de la garde, nous restions 24 heures sur le site. La journée nous étions dehors, la nuit nous surveillions depuis le mirador", rapporte Leny Paris, ancien commando de l'air qui a passé un an à veiller sur les têtes nucléaires.

Retrouvez cet article sur Francetv info : http://bit.ly/1FwE7ct

 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 3 sur 18

Nos partenaires :